• On l'appelle Jean l'Apôtre ou Jean l'Évangéliste ou Jean le Théologien, pour le distinguer de « jean le Baptiste ».

    Souvent appelé « le bien aimé du Seigneur », celui que Jésus aimait.
    Jean est l'apôtre préféré du Christ.

    Jean fut l'un des trois apôtres avec Pierre et Jacques à monter sur la montagne du Tabor pour assister à la transfiguration.

    Lorsque Jésus fut arrêté par le soldats romains,
    il le suivit jusque dans la cour du Grand-Prêtre, et assista à la crucifixion et à son agonie à Gethsémani..

    Des écrit plus tardifs nous disent aussi que le Christ en croix, avant de rendre l'âme,
    donne pour mission à Jean de veiller sur sa mère, la Vierge Marie.
    Il l'accueillit chez lui et fut le dernier à rester à Jérusalem pour la servir.





     

     


    1 commentaire
  •  

    Saint Étienne , premier martyr juif de l'histoire chrétienne à Jérusalem.
    Il est nommé diacre responsable de la communauté des chrétiens d'origine grecque.
    Il s'oppose aux intégriste juifs qui le traînent en justice.

    Reprenant les Écritures, il accuse Jérusalem d'avoir persécuté les prophètes et ignoré le Messie crucifié.
    Il déclare voir « le ciel ouvert et Jésus dans toute sa gloire »,
    ce qui est le plus grand blasphème.

    Comme ils l'ont fait pour Jésus, les prêtes ameutent le peuple qui le lapide.


    La Saint-Étienne était aussi le jour ou les valets de ferme et servantes prenaient congé de leurs maîtres.


    Dicton:

    " A la Saint-Étienne, les jours croissent d'une aiguillée de laine ".



    1 commentaire
  • On fêtait:

    LA SAINTE LUCIE ENTRE OMBRE ET LUMIERE;

    Jeune fille vêtue de blanc et couronnée de lumières.

    Le pain pour la faim et les bougies pour illuminer les ténèbres.

    Tôt le matin du jour le plus court et le plus sombre de l'année, la voilà qui arrive:
    la Blonde Sainte Lucie.
    En longue robe blanche, ceinturée d'une large écharpe rouge, une couronne de bougies sur la tête, elle vient, portant sur un plateau un pot de café et les petits pains traditionnels de la Sainte Lucie.

    Elle a conquit toute la Suède.
    Elle apparaît dans les familles, bureaux, écoles, dans les hôpitaux et en cortège dans les rues.

    Le 13 car c'est l'ancien solstice d'hiver.
    Jadis il était difficile aux gens de se rendre compte que les jours continuaient de raccourcir, alors que l'aube et le crépuscule à l'époque, n'étaient séparés que de 4 heures.

    Aussi se hâtaient-ils de célébrer leurs rites primitifs pour implorer le retours du soleil.


    votre commentaire

  • Aujourd'hui comme autrefois, Saint Nicolas a rendu visite aux enfants.

    Vêtu de son costume flamboyant, un manteau rouge, une mitre d'évêque et un sceptre.

    Il ne se déplace jamais sans son fidèle et dévoué serviteur "Hans Trapp", le Père Fouettard.

    A l'époque, deux ou trois semaine avant sa visite, les enfants se servent d'un bâtonnet en bois pour y faire des encoches sous la bienveillance de leurs parents: chaque prière ou "Nore Père" vaut une encoche. Saint Nicolas en vérifie le nombre.
    S'il n'y en a pas assez, le Père Fouettard règle la punition.
    S'il y en a assez, Saint Nicolas dépose des récompences, cadeaux.

    Hans Trapp est une survivante des mytologies germaniques où il est affirmé que Wotan passe une fois par an sur terre pour récompenser les familles méritantes et pour punir les autres.


    Saint Nicolas et Père Fouettard sont accompagnés par "les Hommes en Noirs"

    S'ils ont un comportement sauvage et primaire dans la rue, ils adorent les enfants.

    Il suffit à ces derniers de réciter une courte prière pour être récompensé:

    de pommes, de noix, et de sucettes.




    votre commentaire

  • Cette nuit, le Grand Saint Patrons des enfants,

    SAINT NICOLAS

    commencera sa tournée de distribution.

    Le personnage mytique de saint Nicolas est né de deux légendes :

    1) Nicolas évêque de Myr en Asie Mineure au IVième siècle,

    venu au secours d'un noble ruiné affligé de trois fille à marier.

    L'intervention du Saint permet la conclusion de trois mariages fort avantageux.

    2) L'abbé Nicolas de Lion, évêque de Pinoza au XIième siècle.

    Trois jeunes enfants égarés demandant l'hospitalité à un boucher.

    La famine était fréquente en cette période,
    il se munit de couteaux et de tranchoir,
    dépèce les enfants durant leur sommeil et les met au saloir.

    Saint Nicolas vint à son tour chez le boucher,
    découvre le triple meurtre et ressucite les victimes.


    C'est ainsi que nous retrouvons les deux personnages,
    fusionné en un seul, le patron des gens de mer,
    et égalemant le patron des écoliers.

    Depuis il devint un personnage essentiel en :
    Hollande, en Belgique et en Allemagne du Sud.

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique